Notre politique d'équité

1. Préambule et énoncé de valeurs

Depuis sa fondation Spira, coopérative vouée au cinéma indépendant issue de la fusion entre Spirafilm (1977) et Vidéo Femmes (1973), se dévoue au soutien des artistes principalement issus de la région de la Capitale-Nationale. Vidéo Femmes était un organisme voué spécifiquement à la création au féminin. Suite à la fusion en 2015, Spira s’est affairé à promouvoir l’égalité homme/femme au sein de ses instances. Toutefois, plusieurs inégalités persistent au sein de notre société, dont le portrait a changé au fil des années. Prônant les valeurs que sont l’équité, l’ouverture, la rigueur et la collaboration, Spira s’est donc doté d’une politique de diversité et d’équité qui lui permet de s’assurer d’offrir des « conditions justes à toute personne qui aspire à1» se développer en tant qu’artiste ou artisan2 en cinéma indépendant et arts médiatiques et ce quelque soit ses particularités. Tous les citoyens méritent de profiter d’un secteur des arts dynamique, accessible et pluraliste, et tous les artistes devraient bénéficier des mêmes chances de se développer. Spira reconnaît que l’exercice de certains pouvoirs et la discrimination systémique ont donné lieu à des conditions inéquitables qui empêchent bon nombre de Canadiens de réaliser leur potentiel culturel et de s’engager pleinement dans les arts. Ces conditions inégales ont un impact sur la santé, le bien-être et le développement durable de la société dans son ensemble. Par conséquent, Spira s’engage à prendre des mesures afin de faire des progrès mesurables pour demeurer un organisme dynamique ouvert à tous.

Tous les citoyens méritent de profiter d’un secteur des arts dynamique, accessible et pluraliste, et tous les artistes devraient bénéficier des mêmes chances de se développer. Spira reconnaît que l’exercice de certains pouvoirs et la discrimination systémique ont donné lieu à des conditions inéquitables qui empêchent bon nombre de Canadiens de réaliser leur potentiel culturel et de s’engager pleinement dans les arts. Ces conditions inégales ont un impact sur la santé, le bien-être et le développement durable de la société dans son ensemble. Par conséquent, Spira s’engage à prendre des mesures afin de faire des progrès mesurables pour demeurer un organisme dynamique ouvert à tous.3

2. Équité et diversité : définitions et conception de SPIRA4

L’équité et la diversité sont des concepts interreliés et interdépendants. L’équité fait progresser la diversité et la promotion de la diversité a une incidence sur la mise en œuvre des pratiques et mesures en matière d’équité. Les notions d’équité et de diversité sont toutefois distinctes : l’équité est un principe et un processus, tandis que la diversité décrit une réalité ou un état souhaité.

2.1 Équité

L’équité est un principe et un processus visant à offrir des conditions justes à toute personne qui aspire à participer pleinement à la société. En vertu de ce principe, l’on reconnaît que, même si toutes les personnes ont droit à un traitement égal, elles n’ont pas le même accès aux ressources, possibilités ou avantages. L’égalité ne se réduit pas toujours à traiter toutes les personnes ou tous les groupes de la même façon, mais peut demander le recours à des mesures particulières par souci de justice. La mise en œuvre des pratiques d’équité fait appel aux principes de justice sociale, à l’égalité des chances, aux droits de la personne et à un véritable souci pour la dignité humaine. Elle suppose aussi une préoccupation en faveur du développement humain durable. Équité ne signifie pas uniformité, équité signifie égalité des chances. Traiter toutes les personnes de la même façon (égalité formelle) suppose que tous bénéficient d’un accès comparable aux ressources et aux possibilités. Or, bon nombre de groupes et de personnes au sein de la société ont été, ou sont exclus ou marginalisés systématiquement, ce qui les prive d’une véritable égalité des chances. Le concept et les pratiques d’équité permettent de faire face à des situations que l’on évalue comme injuste, et visent à combattre l’injustice en essayant de définir des règles du jeu plus équitables (égalité réelle). Le besoin d’équité découle aussi de l’existence de pratiques discriminatoires et de relations de pouvoir qui maintiennent ou renforcent l’exclusion systémique.


2.2 Équité CULTURELLE

L’équité culturelle est un concept qui affirme que les traditions, l’esthétique et les expressions de toutes les cultures ont une valeur égale. L’équité culturelle cherche à corriger les inégalités dont sont victimes les personnes issues de différentes cultures en identifiant, dans un premier temps, les déséquilibres historiques et actuels existant entre les divers groupements culturels, tout en reconnaissant et respectant les caractéristiques fondamentales qui distinguent ces groupements. Les cultures qui sont marginalisées méritent un soutien comparable à celui dont bénéficie la culture dominante d’une société sur le plan des moyens financiers, des infrastructures ou des politiques publiques.

Afin d’agir efficacement, il faut reconnaître les différences culturelles, les obstacles systémiques et la répartition inégale des ressources dans les divers secteurs d’activité et les différentes sphères de la population, qui sont souvent le résultat de réalités historiques rattachées à la conquête, à la colonisation, à la domination culturelle et à l’exclusion systémique.

2.3 GROUPES VISÉS PAR L'ÉQUITÉ

Les groupes visés par l’équité sont issus de communautés qui font face à des défis majeurs sur le plan de leur pleine participation à la société. Leur marginalisation peut avoir des sources historiques, sociales ou économiques. Ces communautés peuvent aussi être pénalisées à cause de discriminations rattachées à l'âge, l'origine ethnique, un handicap, une situation économique désavantageuse, le sexe, l'orientation sexuelle, la nationalité, la religion et le statut transidentitaire, etc. Le déclin de la mobilité ascendante et du capital social d’un individu ou d’une collectivité est aggravé davantage lorsque ces caractéristiques coexistent et s’entrecroisent, surtout en cas de situation économique désavantageuse. Les groupes visés par l'équité sont confrontés à des difficultés d'accès, aux manques de possibilités et de ressources découlant de la discrimination qu’ils subissent. Ils réclament justice sociale et dédommagement. Pour Spira, l’expression « groupes visés par l’équité » désigne tout groupe nécessitant des mesures spécifiques dans le but d’améliorer le soutien à l’accès à ses programmes, services et activités. Bien que Spira soit conscient que de nombreux groupes font face à des obstacles systémiques, pour l’instant, les groupes visés par l’équité qui ont accès des initiatives spécifiques font partie des communautés suivantes :
• cultures diverses ;
• personnes sourdes ou personnes handicapées ;
• de langues officielles en situation minoritaire ;
• les communautés autochtones ;
• membres de la communauté LGBTQ2+.

De par son historique et engagement de longue date envers les femmes et parce que Spira croit que les femmes sont sous-représentées en cinéma et arts médiatiques ; elles constituent également un groupe désigné prioritaire. À cet effet certains programmes de Spira leur sont réservés.

2.4 DIVERSITÉ

Le terme « diversité » est fréquemment utilisé pour désigner une pluralité d’opinions, d’expressions, de caractéristiques, d’expériences, d’habiletés, de cultures, d’orientations sexuelles, d’origines, etc. La diversité met en contexte la coexistence de personnes et de groupes différents au sein d’une communauté ou d’une société, et renforce les notions d’interconnexion, d’échange et de développement humain durable.

a) Diversité culturelle Spira définit la diversité culturelle comme suit :
Par diversité culturelle, on entend la présence, l’expression et la participation de personnes et de collectivités différentes qui coexistent au sein de la culture partagée d’une société. La diversité culturelle pose comme principe que l’apport et la participation de toutes les personnes, en particulier celles qui sont marginalisées, ont autant de valeur et d’intérêt pour la société dans son ensemble.

Pour Spira, la notion de diversité culturelle s’accompagne d’aspirations et d’actions favorisant la justice sociale et le développement humain durable, grâce à la participation égale des diverses communautés culturelles. Tout comme la biodiversité vise la durabilité du monde naturel, l’existence et l’interconnexion de différentes cultures accroissent la durabilité de l’écologie des arts, en offrant une base plus vaste de connaissances collectives, des collaborations intergénérationnelles, et une capacité accrue d’innover.

Spira s’engage à favoriser et refléter la diversité culturelle de la population canadienne dans son milieu de travail, au sein de son conseil d’administration, et dans le choix des pairs qui participent à ses processus d’évaluation des demandes de subvention.

b) Diverses cultures
Cette expression est employée par Spira afin de désigner de façon respectueuse les groupes de diverses cultures. Cette expression recouvre les Canadiennes ou Canadiens d’ascendance raciale africaine, asiatique, latino-américaine, moyenorientale et mixte (par ascendance raciale mixte, on entend une personne ayant des origines ethniques appartenant à l’un de ces groupes raciaux) qui, historiquement, ont été désavantagés en tant que groupe et qui sont susceptibles de faire l’objet de discrimination en raison de leur couleur et de leur culture. Bien que l’expression diverses cultures soit interprétée dans un sens plus large par Spira, elle correspond en général aux « minorités visibles » telles qu’elles sont définies dans la Loi sur l’équité en matière d’emploi.

La Loi sur l’équité en matière d’emploi définit les minorités visibles comme suit : Un membre de minorité visible est une personne (autre qu’un Autochtone…) qui n’est pas de race ou de couleur blanche, peu importe son lieu de naissance, et qui appartient à l’un des groupes suivants : Noir, Chinois, Philippin, Japonais, Coréen, Asiatique du Sud ou Indien de l'Est (Indien de l'Inde, Bangladais, Pakistanais, Indien de l'Est originaire de la Guyane, de la Trinité, de l'Afrique orientale, etc.), Asiatique du Sud-Est (Birman, Cambodgien, Laotien, Thaïlandais, Vietnamien, etc.), Asiatique de l'Ouest non blanc, Nord-Africain non blanc ou Arabe (Égyptien, Libyen, Libanais, etc.), Latino-Américain non blanc (Amérindiens de l'Amérique centrale et de l'Amérique du Sud, etc.), personnes d'origine mixte (dont l'un des parents provient de l'un des groupes ci-dessus), autre minorité visible.

2.5 Diversité linguistique

La diversité linguistique réfère à la variété des langues utilisées pour communiquer, que ce soit par écrit, verbalement ou en langue des signes. Le statut d’utilisation d’une langue repose sur divers facteurs : l’histoire de sa préservation et son usage quotidien ; l’inclusion de droits linguistiques dans la Constitution et la Loi sur les langues officielles ; les ressources et les efforts investis pour préserver et sauvegarder les langues autochtones ; la diversification des langues parlées à la maison comme résultats de l’immigration, de l’éducation ou d’échanges internationaux ; et la prévalence de personnes communiquant dans les langues des signes.

Spira reconnaît la place distincte et unique des artistes inuits, métis et des Premières Nations en tant que créateurs, interprètes, traducteurs et porteurs d’un patrimoine autochtone, de même que leur contribution unique à l’identité culturelle canadienne.

a) Communautés de langue officielle en situation minoritaire
Les communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM), tel qu’indiqué dans la Loi sur les langues officielles, sont des groupes de personnes dont la langue officielle maternelle ou choisie n’est pas la langue parlée par la majorité des personnes de leur province ou territoire de résidence. C’est le cas des anglophones du Québec et des francophones de l’extérieur du Québec.

Pour les besoins de ses programmes de subventions, Spira désigne comme individus ceux qui s’identifient comme appartenant à l’un de ces groupes et dont la résidence principale se trouve, au moment de la présentation de la demande, dans une province ou une région dans laquelle on parle une langue officielle dans un contexte minoritaire.

2.6 Personnes sourdes ou handicapées

a) Personnes sourdes
Le terme « personnes sourdes » désigne les personnes ayant subi une perte auditive ou les personnes malentendantes, sourdes oralistes, sourdes et aveugles ou devenues sourdes avec le temps, dont plusieurs s’identifient comme étant « culturellement sourdes » et ont en commun des langues des signes, des traditions, une histoire et des valeurs spécifiques.

Le mot Sourd avec un «S» majuscule (lorsqu’il s’agit d’un nom et non d’un adjectif) représente un éventail d’expériences allant de la surdité culturelle à la perte auditive et au recours de multiples formes de communication orale et visuelle. Les langues des signes sont régionalement et culturellement spécifiques et se définissent par une syntaxe et une grammaire uniques, distinctes de celles qui sont employées dans les langues écrites et parlées. Les personnes ayant subi une perte auditive partielle peuvent s’identifier comme ayant un handicap et non comme étant culturellement sourdes.

b) Personnes handicapées
Le terme « personnes handicapées » désigne les personnes ayant une déficience réelle ou perçue et qui font l’objet de discrimination et/ou sont désavantagées du fait de cette déficience, ou en raison de barrières sociales, politiques ou environnementales. Les déficiences sont des états physiques ou mentaux ou des troubles d’apprentissage qui ont des effets à long terme, temporaires ou variables. Spira reconnaît les pratiques artistiques des personnes sourdes ou handicapées comme un champ de pratique distinct. Il reconnaît également la pratique artistique des personnes vivant avec une maladie mentale (Mad arts), conçue comme processus identitaire social et politique pour des personnes qui ont été stigmatisées parce qu’on les considère atteintes de maladie mentale ou comme ayant des problèmes de santé mentale.

2.7 Autochtones

Le terme Autochtones désigne les Premières Nations, les Inuits et les Métis du Canada. Distincts des populations de colonisateurs, de pionniers et d’immigrants, les Autochtones du Canada revendiquent l’autodétermination en réponse aux immenses pertes de leurs traditions culturelles, linguistiques et spirituelles/ontologiques/cosmologiques, et de leurs terres ancestrales, résultant des politiques racistes et de l’assimilation forcée. Spira respecte la vision du monde et les droits des peuples autochtones, énoncés dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (2007).

Spira soutient et respecte les principes de réconciliation, énoncés dans le rapport de la Commission de vérité et réconciliation du Canada (2015). Spira appuie les activités artistiques qui respectent et encouragent l’autodétermination culturelle des Premières Nations, des Inuits et des Métis et la vitalité artistiques des communautés autochtones.

3. Principes d’équité5

a) Spira, reconnaît la valeur individuelle et la dignité de toute personne. Spira estime que chacun a le droit d’être traité, en toutes circonstances, sur la seule base de son mérite personnel et de bénéficier de chances égales.

b) Spira s’oppose à toute forme de discrimination, aux stéréotypes et aux généralisations notamment fondées sur les caractéristiques suivantes : la race, l’origine nationale ou ethnique, la couleur, la religion, l’âge, le sexe, l’orientation sexuelle, l’état matrimonial, la situation de famille, la déficience ou l’état de personne graciée.

c) Spira adhère aux principes de justice sociale et reconnaît les désavantages historiques subis par des personnes appartenant à certains groupes en raison de caractéristiques liées à leur culture, à leur groupe ethnique, à leur langue, à leur race, à leur religion, à leur région, à leur génération, à leur sexe, à leur identité de genre, à leur orientation sexuelle, à un handicap ou à leur statut socio-économique.

d) Spira est conscient des obstacles (systémiques ou autres) auxquels font face certaines personnes ou certains organismes subissant ces désavantages lorsqu’ils tentent d’accéder à ses programmes ou à ses services.

e) Spira souscrit aux objectifs d’apprentissage continu et d’évolution constante. Il met en place un processus rigoureux d’évaluation et de révision de ses politiques, pratiques et programmes afin d’en assurer l’équité et la pertinence, et ce, pour avoir un impact positif sur les conditions des artistes issus des communautés désavantagées.

4. Nos engagements et actions6

Orientation 1 : Améliorer l’accès aux programmes, aux activités et au financement de Spira

Objectifs  Stratégies
Enjeu 1 : Accès à Spira et à ses programmes
Faire connaître Spira aux
groupes visés par l’équité
Assurer la diffusion d’information dans les
réseaux des artistes issus des groupes visés
Soutenir des initiatives d’accompagnement,
de mentorat et de services-conseils
Communiquer l'ouverture et la proaction de
Spira en matière d'équité
Améliorer la diversité des points de
vue et des expertises
Inclure des artistes issus des groupes visés
par l’équité dans la composition des comités
de sélection et jurys
Enjeu 2 : Accès au financement
Tenir compte des transformations culturelles
et démographiques observées dans la société
canadienne dans l’évaluation des projets
Lors de l’évaluation de projets, considérer les
candidatures issues des groupes visés par
l’équité afin d’améliorer la représentativité de
ces artistes dans le paysage culturel
Développer des critères d’évaluation et des
méthodes de dépôt favorisant l’inclusion et
la pleine participation d’artistes et artisans
issus des groupes visés
Mettre en place des mesures incitatives
ou consacrer des enveloppes dédiées aux
artistes et artisans visés par l’équité dans le
cadre de programmes de soutien spécifiques
Enjeu 3 : Accès aux activités
Améliorer la représentativité des
personnes issues des groupes visés
dans les activités de Spira
Mettre en place des mesures adaptées afin
de permettre aux membres du grand public
des groupes visés de connaître les activités
leur étant destinées
Développer des projets spéciaux destinés au
public faisant partie des groupes visés
Développer de nouvelles approches afin de
susciter l’intérêt du public issu des groupes
visés envers les activités de Spira

Orientation 2 : Améliorer la représentativité, la visibilité et l’inclusion

Objectifs Stratégies
Enjeu 1 : Représentativité
Améliorer la représentativité des personnes
issues des groupes visés au sein de
l’équipe permanente de Spira
Développer de nouvelles approches
afin de susciter l’intérêt de candidatures
issues des groupes visés envers les offres
d’emploi de Spira

 

À compétences égales, embaucher une
personne qui accroîtra la représentativité
de personnes issues des groupes visés au
sein du personnel
Améliorer les pratiques d’inclusion
et la représentativité des personnes
issues des groupes visés au sein
des productions des membres de Spira
Développer de nouvelles méthodes de
communication afin que les groupes
visés se sentent représentés par Spira
Enjeu 2 : Sensibilisation et visibilité
Sensibiliser le personnel de Spira
à l’importance de l’inclusion des groupes visés
Avoir un groupe de travail sur l’équité
Former les employé-es
Faire connaître les projets des artistes
et artisans issus des groupes visés
Relayer l’information sur le site Web de Spira,
ainsi que dans ses communiqués,
infolettres et réseaux sociaux

5. Responsabilisation7

La mise en oeuvre de cette politique nécessite une volonté politique forte de la part de la direction de Spira, de son conseil d’administration et de ses membres ; elle ne peut uniquement reposer sur l’intérêt, l’engagement ou la bonne volonté de quelques individus. Pour s’ancrer de manière durable, l’engagement en faveur de l’équité et de la diversité doit être manifesté par la direction et institutionnalisé dans les pratiques et la culture organisationnelle de Spira.

Ceci étant dit, l’engagement du personnel est aussi indispensable et il faut développer des schémas de responsabilités partagées entre le personnel, la direction et le conseil d’administration de Spira, ainsi qu’avec ses membres. Le respect des principes et des engagements de cette politique doit être la responsabilité de tous et de toutes.

Adoptée en conseil d’administration le 5 septembre 2019.


Conseil des arts du Canada, politique en matière d’équité, avril 2017

Par artisan, Spira entend tout.e professionnel.le du cinéma et des arts médiatiques comme un.e directeur.trice de la photographie, un.e monteur.se, un.e coloriste, un.e machiniste, un.e scénariste,...

Ce paragraphe est copié (avec quelques modifications) de la politique en matière d’équité du Conseil des arts du Canada, avril 2017

La section 2 est copiée (avec quelques modifications) de la politique en matière d’équité du Conseil des arts du Canada, avril 2017

La section 3 est copiée (avec quelques modifications) de la politique en matière d’équité du Conseil des arts du Canada, avril 2017

La section quatre est fortement inspirée du Plan d’action pour la diversité culturelle 2016-2019 du Conseil des arts et des lettres du Québec

La section cinq est copiée (avec quelques modifications) de la politique d’égalité entre les femmes et les hommes de l’AQOCI, avril 2013

DEVENIR MEMBRE

Spira est votre coopérative vouée au cinéma indépendant.
Devenez membre dès aujourd'hui!

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.

Ok