Nouvelles

La démarche créative d'Alexandre Lampron, directeur photo nommé au Gala Québec Cinéma

En septembre 2014, Jean-Marc E.Roy m’a envoyé le scénario de son film hybride, à mi-chemin entre le documentaire et la fiction, entre l’hommage et la reconstitution. En le lisant, j’ai tout de suite su que j’avais devant moi une proposition rare, unique, et audacieuse. Le scénario que Jean-Marc me proposait était un long mouvement ininterrompu, une sorte de voyage à l’intérieur de la tête d’un cinéaste incorruptible, l’un de ceux qui ont marqué la culture québécoise : Marc-André Forcier dit André Forcier. Et quel projet de rêve pour un directeur photo que de refaire 15 tableaux inspirés des 15 films de Forcier, avec les références et les comédiens d’origine! Nous allions donc revisiter l’intégralité de sa filmographie avec comme seul et unique guide, le créateur lui-même. Nous allions rendre hommage à tous ses fantômes qui errent toujours, quelque part, entre notre imaginaire collectif et les souvenirs flous d’un homme qui tranquillement se prépare à les rejoindre.

La cinématographie de Forcier s’échelonne sur une cinquantaine d’années et si on pense à sa direction photo, elle a évolué au même rythme que les différentes technologies et techniques à travers le temps. Les directeurs photo qui ont suivi cette évolution et collaboré avec Forcier sont nombreux et diversifiés (André Jobin, François Gill, André Turpin, Georges Dufaux, Alain Dostie, André Gagnon et j’en passe). Au départ, nous avions beaucoup d’ambition. Nous voulions utiliser, pour chacun des tableaux, les caméras et les objectifs d’origine de chaque film, les formats de cadre, les lieux, les lampes d’origines, les mêmes plans. Puis après quatre refus de la SODEC, nous avons dû nous raviser et réévaluer notre stratégie… L’avantage, s’il y en a un, c’est que cela nous a poussé à être plus créatifs et à mieux réfléchir à l’essentiel du film.

Rendre hommage ne veut pas dire faire du mimétisme. Vouloir refaire certaines scènes des films d’André, c’est aussi réinventer son univers, se le remémorer de la même façon qu’il nous a marqués et, finalement, de se le réapproprier. Parfois par des scènes très précises, des lieux, des actions, mais d’autres fois, seulement par un clin d’œil, une ambiance, une émotion. Et plus le film avance, plus ce sont certains détails, objets, lieux, répliques qui se répondent entre eux, avec les éléments de ses autres films, des personnages qui voyagent d’un film à un autre et qui finissent par se mélanger dans un univers dépareillé, mais cohérent.

En revoyant les films de Forcier, j’ai compris que ce qui était important ce n’était pas l’exactitude de chacun des plans, mais la fluidité avec laquelle André allait se promener d’une scène à une autre. Comme André, nous voulions que la caméra se promène dans le tableau, constate et laisse vivre certains moments, puis reparte par la suite. Je voulais que l’on ressente l’errance du cinéaste. Je voulais que le spectateur partage aussi cette errance. Nous avons donc fait beaucoup de longs et lents mouvements. Certains de ces plans sont restés dans le film dans leur intégralité (Night cap, Une histoire inventée, Bar Salon).

Jean-Marc et moi avions décidé d’être intransigeants sur deux aspects de la direction photo en référence à l’œuvre d’origine, soit le ratio du format de cadre ainsi que le noir et blanc versus la couleur. Le style d’éclairage variant beaucoup d’un film à l’autre, j’ai essayé de rendre hommage à chacun de ceux-ci tout en gardant une fluidité et une ligne directrice claire durant tout le film. J’ai utilisé des « Baselights » assez forts pour travailler avec une ouverture autour de T4 et demie et j’ai opté pour un zoom Cooke 20-100 T3.1, plutôt vintage et doux, qui aidait à casser le style très vidéo de l’image de la Sony F55. Lorsque nous devions faire de l’épaule, nous utilisions des Zeiss Contax rehoused qui ont une personnalité semblable à celle du zoom. Le coloriste de chez Post-Moderne, Charles Boileau, Jean-Marc et moi avons cherché pendant très longtemps le grain exact qui finirait dans chacun des tableaux afin de nous rapprocher le plus possible du look original. L’utilisation de la fumée et des filtres de diffusion (Pearlescent et GlimmerGlass) nous a aussi servi à casser la vidéo et à créer un peu de « halation » autour des sources.

Finalement, le recul me permet de voir ce projet sous son plus bel angle. Malgré le manque de temps (12 jours de tournage, dont deux pour les entrevues et un pour une scène coupée), le manque d’argent (quatre refus SODEC et Téléfilm) et le manque d’effectifs (trouver des techniciens pour tourner sur cinq blocs, en différé, à l’automne…), force est de constater qu’autant les comédiens que les techniciens ont participé à ce film avec tout leur cœur et leur amour pour le cinéma. Nous avons eu tous les défis du monde à relever afin d’arriver au résultat que l’on peut voir aujourd’hui et je peux dire que j’éprouve une grande joie à écouter ce film, car il fait un bien énorme à mon âme de cinéaste. Entendre cet homme nous parler de son amour pour le cinéma d’auteur me fait toujours le même effet et me pousse à vouloir continuer ce métier qui est le mien, et que j’adore.

Merci Jean-Marc pour ta confiance.

Merci Julie pour ta compréhension.

Merci Philippe pour ta sensibilité.

Merci André pour tes films.

Et merci à tous les techniciennes et techniciens qui m’ont aidé dans ce projet. Cette nomination au gala IRIS pour la meilleure direction photo documentaire vous revient en très grande partie: Philippe Robitaille, Brice Bodson, Manuel Daigneault, Alexis Vallée Charest, Tom Parisé-Cormier et Hugo Ferland. Véronique Dagenais, Rafi Leuwenkroon, Maxime Boutin, Shawn-Ann Ribotti, Gabriel Fortin-Taillon, Marie-Ève Gosselin et Jean-Sébastien Caron.


Alexandre Lampron est en lice pour l'Iris de la Meilleure direction de la photographie | Film documentaire pour son travail sur Des histoires inventées de Jean-Marc E.Roy.

Consultez ce lien pour connaitre tous les finalistes du Gala Québec Cinéma.

 Crédit photo : Nadine Gomez

De beaux bas pour le beau temps

Le beau temps est là ! C'est le temps de sortir les bas colorés et les petits souliers !

Vous aimeriez avoir de jolis bas pour agrémenter vos chaussures et égayer votre printemps ? Ça tombe bien, on vient tout juste de recevoir des bas aux couleurs de SPIRA !

Afin de représenter SPIRA jusqu'au bout des orteils, passez à nos bureaux ou contactez-nous au Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour vous procurer votre paire.

La paire de bas est au coût de 25$ (taxes incluses). Faites vite, seulement 20 paires sont disponibles !

 

Première Ovation – Cinéma | Appel de candidatures

Première Ovation – Cinéma : une mesure qui soutient les artistes, artisans et producteurs de la relève

La Ville de Québec et la coopérative Spira, gestionnaire de Première Ovation – Cinéma, sont fières d’annoncer le deuxième appel de candidatures pour cette mesure d’aide. Première Ovation – Cinéma vise le développement des artistes, des artisans et des producteurs de la relève afin de faciliter leur intégration au milieu professionnel, tout en respectant l’équilibre en place. Le financement est destiné aux artistes, artisans et producteurs de la relève de Québec et de Wendake. Les demandeurs ont jusqu’au 1er octobre 2019 pour déposer leur dossier.

La mesure permet, entre autres, de soutenir les premières expériences professionnelles et les projets artistiques qui contribuent à la professionnalisation de la relève cinématographique locale. Elle se divise en trois volets :

  • Fonds de formation et de développement professionnel qui offre la possibilité aux artistes, artisans et producteurs de la relève en cinéma d’obtenir de l’aide financière pour accéder à des formations ou à des ressources pertinentes à leur développement professionnel : classe de maître, stage, rencontre professionnelle, colloque et conférence, perfectionnement, formation proposée par le Conseil de la culture ou un organisme spécialisé, etc.
  • Mentorat qui permet à des artistes, des artisans et des producteurs de la relève de vivre une expérience pertinente au développement de leurs savoirs et de leurs compétences.
  • Fonds de soutien aux initiatives de la relève en cinéma qui a pour objectif de soutenir les artistes et producteurs de la relève qui désirent entreprendre la production d’une œuvre cinématographique. Il offre un appui financier jusqu’à 25 000 $ leur permettant de réaliser leurs projets dans un contexte professionnel et de produire des œuvres correspondant aux standards de l’industrie. Ce fonds se divise en trois volets :
    • Production
    • Postproduction
    • Mise en marché et découvrabilité

Déposer un projet

La description complète et les critères d’admissibilité du programme, de même que les formulaires requis, sont disponibles sur le site internet de Première Ovation, dans la section « Programmes d’aide ». Les artistes, artisans et producteurs doivent faire parvenir leur dossier d’ici le 1er octobre 2019 à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

Première Ovation

Implantée en 2008 par la Ville de Québec, la mesure Première Ovation soutient la relève culturelle de la capitale en donnant aux jeunes talents les moyens de créer et de vivre leurs premières expériences professionnelles. Gérés par des organismes culturels reconnus, les programmes de la mesure touchent maintenant treize disciplines : les arts littéraires, les arts multi, les arts numériques, les arts visuels, les arts médiatiques et les métiers d’art, le cinéma, le cirque, la danse, le design, la musique, le patrimoine et le théâtre.

En contribuant à une meilleure diffusion des talents, Première Ovation souhaite développer et sensibiliser les publics et permettre l’accès à des spectacles et des réalisations de la relève pour toute la population. La mesure bénéficie d’un support du gouvernement du Québec et de la Ville de Québec, par l’entremise de l’Entente de développement culturel, et d’un partenariat avec CKRL-FM 89,1.

 

Contact :

Claudine Thériault | Directrice artistique | Spira

541, rue de Saint-Vallier Est, 4e étage

Québec (Québec) G1K 3P9

Téléphone : (418) 523-1275

Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Exploration 360 : Vivez une immersion cinématographique

Le projet Exploration 360

Afin de contribuer à la réflexion autour de la production cinématographique et au développement des compétences de sa communauté, SPIRA a lancé ce projet. C’est le réalisateur François Mercier et la réalisatrice Anne-Marie Bouchard, tous deux de Québec, qui ont été sélectionnés pour créer chacun un court métrage en vidéo 360. 

Le projet a été présenté en avril 2019, au pavillon Pierre Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec, dans le cadre d’une activité Manif d’art 9, Si petits entre les étoiles, si grands contre le ciel.

Les films et leur cinéaste

Petits espaces entre les temps et les silenceS

Film d’art et d’essai réalisé par Anne-Marie Bouchard
Synopsis : Une pianiste, une danseuse et une artiste visuelle interprètent Seven Haiku de John Cage, une partition pour piano. Vous êtes plongés au cœur de la scène. Regardez autour de vous, découvrez ce qui se glisse entre les notes.
Biographie : Anne-Marie Bouchard vit et travaille à Québec. Elle réalise des vidéos depuis 1999 et crée des installations depuis 2001. Ses réalisations s’inscrivent dans un cinéma expérimental, d’art et d’essai. Son cinéma est un art de perceptions, d’impressions, d’évocation : de poésie.

Ciel bleu

Fiction réalisée par François Mercier
Synopsis : En parcourant de façon ludique le spectre des ondes électromagnétiques, vous aurez la réponse à la question : Pourquoi le ciel est bleu ?
Biographie : Réalisateur prolifique d’animation 2D et stop-motion, il a réalisé des dizaines de courts métrages d’animations primées ici et à l’étranger. Il multiplie les projets artistiques à travers divers médiums tels que la sculpture, le mapping architectural et la réalité virtuelle 360°. Il a la conviction profonde de pouvoir s’exprimer de son art tout en faisant réfléchir avec humour et intelligence.

 

Partenaires du projet Exploration 360

La Fabrique culturelle de Télé-Québec et la Ville de Québec dans le cadre de l'Entente de développement culturel. 

Les murs de séparation en images et en textes

Le webdocumentaire inhérent au projet interdisciplinaire LES MURS DU DÉSORDRE de Martin Bureau est maintenant en ligne !

Pour voir et mieux comprendre la réalité autour de 3 différents murs de séparation, rendez-vous sur le www.lesmursdudesordre.com.

||| 6 courts métrages
||| Des textes de recherche de la Chaire Raoul-Dandurand
||| Des peintures

Le webdocumentaire s’attarde au murs de sécurité à la frontière des États-Unis et du Mexique, au mur israélo-palestinien ainsi qu’aux Peacelines en Irlande du Nord. Selon Martin Bureau, ils «symbolisent et rassemblent l’ensemble des problématiques de tous les murs du monde : terrorisme, trafics humains, contrebande (drogues, pétrole, armes, etc.), inégalités économiques et sociales, flux migratoires, conflits inter-religieux et territoriaux. »

Le réalisateur et son équipe se sont rendus sur les lieux pour capter ces différentes réalités et vous offrent maintenant la chance de les percevoir à travers leur regard.

Si vous souhaitez pousser la réflexion, des textes de la Chaire de recherche Raoul-Dandurand expliquent les enjeux des murs abordés.

--------------------------------------------------------------------

Le projet LES MURS DU DÉSORDRE est réalisé en collaboration avec la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l’UQÀM, sous la direction d’Élisabeth Vallet, directrice scientifique, et de Josselyn Guillarmou et Zoé Barry, chercheurs associés.

Partenaires du webdocumentaire LES MURS DU DÉSORDRE
Conseil des arts et des lettres du Québec, SPIRA, Conseil des arts du Canada, Chaire Raoul-Dandurand.

 

DEVENIR MEMBRE

Spira est votre coopérative vouée au cinéma indépendant.
Devenez membre dès aujourd'hui!

Nous utilisons des cookies sur notre site Internet. Certains d'entre eux sont indispensables au fonctionnement du site, tandis que d'autres nous aident à améliorer ce site et l'expérience utilisateur (cookies de suivi). Vous pouvez décider vous-même si vous souhaitez autoriser ou non les cookies. Veuillez noter que si vous les rejetez, vous ne pourrez peut-être pas utiliser toutes les fonctionnalités du site.
Ok