Par le

Antitube, le Festival de cinéma de la ville de Québec et Spira sont fiers de s'associer de nouveau cette année pour vous offrir des projections de films en plein air près de chez vous.

Ces soirées gratuites se tiendront sur la place publique de la Place Limoilou.

Tous les détails ici.

Par le

Grâce à une bourse de Première Ovation, la jeune commissaire Vanessa Hebding a monté quatre programmes de films issus des catalogues de la Bande Vidéo et de Spira (incluant la collection Vidéo Femmes). Ces programmes seront présentés pendant le 24h de cinéma, organisé par Spira et Antitube dans le cadre de Vues d'ensemble, le 4 juin 2016. La commissaire nous présente ici ses choix d'oeuvres :

Si je ne suis pas moi, qui le sera? 

Programmes de films indépendants issus des répertoires de Spira et de la Bande Vidéo

Comment être soi-même dans un monde qui ne tourne pas rond? Peut-on avoir le courage de nos idées après les avoir gardées sous bâillon? Comment s’affranchir des étiquettes et oser quitter les chemins battus?

Allant de la fiction au documentaire, en passant par le cinéma d’animation, les quatorze films sélectionnés sont réunis par leur thématique identitaire. Réalisés avec le soutien de Vidéo Femmes, la Bande Vidéo ou Spira, les douze courts métrages et les deux longs métrages se font écho par leur écriture scénaristique. Les œuvres exposent des personnages en quête d’une plus grande authenticité. Comment faire concorder vie réelle et désirs, idées et actions?

Les Signes vitaux de Sophie Deraspe évoque le don de soi, la capacité à prendre soin des autres pour, peut-être, éluder ses propres failles. Simone s’engage dans la périlleuse recherche d’un équilibre entre la démonstration de sa force et le contact avec sa fragilité.

Le Temps d’une chanson d’Émilie Baillargeon porte notre regard sur des femmes et des hommes apaisés grâce à la pratique de l’art. Le film relate le lien privilégié qu’entretiennent des aînés avec la musique : qui par la danse, par le chant, par la pratique d’un instrument traversent, un baume sur le cœur, les épreuves et les joies que leur offre la vie. La musique, véritable refuge, est symbolisée par une forêt peuplée de bribes de souvenirs, de « morceaux de jeunesse ». La nature est également omniprésente dans La Forêt de Diane Obomsawin, film d’animation ludique où les créatures incarnent les rêves et les mythes de la cinéaste.

La narratrice du Monologue de Luce, dans une prise de parole féministe résolument actuelle, tente de se défaire des masques imposés par la société pour enfin découvrir son vrai visage. Délestée du poids des rôles appris par mimétisme, elle cherche sa voie : « Qu’est-ce que je suis sans paroles toutes faites? Sans par cœur? ».




Dans un tout autre registre, This is not a canular déboulonne les règles et prescriptions du sens commun. Le film nous plonge en 2030 face à deux citoyens barricadés qui lancent un cri du cœur aux survivants de la Terre : pour résister, il importe de faire les bons choix, c’est-à-dire bannir le taï chi et le végétarisme et adopter des politiques de pollution systématique (!).

 Autre huis clos, Blanche fraise présente un couple tenaillé par la faim, claustré dans sa chaumière pour se prémunir du danger qui point à la fenêtre. Et si, de tous les prédateurs, le plus dangereux était la démission de ceux que l’on croit bons pour nous?

Le Camarade raconte l’histoire d’un adolescent d’Outremont qui se détourne du conservatisme de son milieu pour être en symbiose avec ses propres idées. Solidaire de la classe populaire, il décide de militer au sein du mouvement indépendantiste.

Martine Asselin (Que les choses changent) cherche à retrouver, le temps d’un voyage, tout ce qui la définissait avant sa maternité. Où sont l’insouciance et la fantaisie de sa vie « avant-bébés »? Elle se heurte à un sentiment indélogeable : impossible de s’extraire de cet attachement primaire, impossible d’effacer de ses pensées la chair de sa chair.

Fuck that de Lawrence Côté-Collins aborde également la relation parent/enfant, mais du point de vue d’une adulte qui aurait souhaité ne jamais grandir. Jouer au bureau, à avoir des enfants, trouver l’âme sœur : tout semblait si simple dans l’été de l’enfance.

Vincent Biron met en scène, dans Les Choses horribles, notre fatale imperfection et ses conséquences funestes. Et si nos failles et nos insuffisances pouvaient s’effacer par l’achat de quelques biens matériels? Lei Lei (Big hands oh big hands, let it be bigger and bigger) évoque justement l’importance de préserver notre humanité alors que tous nos gestes sont régulés, normalisés, chaque être devant briller par son efficience et sa conformité. Une faculté d’émerveillement opiniâtre que l’on retrouve dans le film Il fait soleil chez toi, chez Cylotte, une immigrante haïtienne qui réussit malgré tout à éprouver de la joie dans un appartement sinistre de l’île de Montréal.

El Motemei présente un personnage tout aussi résilient, Carlos, un vendeur ambulant chilien qui fait son petit bonhomme de chemin, chante haut malgré la misère qui l’entoure. Il réenchante la ville de ses mélodies, de son espoir.


Quant à Jacquot, il emprunte la même route toute sa vie. Et s’il prenait une autre direction, qu’arriverait-t-il? Jacquot, c’est un peu chacun de nous… Quel chemin prendrons-nous?

 

- Vanessa Hebding

Par le

L'assemblée générale annuelle de Spira se tiendra le mercredi 6 juillet à 18h30, dans nos bureaux au 541 de Saint-Vallier Est (4e étage).

Nos membres sont attendu-es en grand nombre.

Un 5 à 7 de réseautage précédera l'AGA.

Soyez tous et toutes les bienvenu-es!

Par le

C’est avec grand plaisir que Spira invite les cinéastes à déposer leur candidature afin de participer à son prochain projet collectif Urgence.

L'urgence est partout. Trop. Elle est personnelle, économique, sociale, culturelle. Alors que l'on souhaiterait se soustraire à ce monde de vitesse, notre époque a instauré un rythme auquel il est pratiquement impossible d’échapper. Les articles sur le lâcher-prise et l’importance du temps pour soi se multiplient; la popularité des cours de yoga de tout acabit est croissante, et pourtant… Est-ce vraiment possible de combattre cette urgence? Comment avancer d’une manière différente, sans se sentir en marge?

Le monde de la création n’échappe pas à cette mécanique. De quelle manière les cinéastes conçoivent leur démarche dans une monde où tout accélère? En quelques décennies, les technologies numériques ont « révolutionné » leur discipline – équipement allégé, démocratisation des moyens de production, horizons de postproduction élargis, nouvelles avenues de diffusion… Or cette révolution a un prix. Médium dématérialisé, rôle d’artiste-entrepreneur, interactions multipliées avec les publics : une redoutable « liste de tâches » comprime et fragmente désormais le temps de recherche-création. Dans ce contexte, les cinéastes sont dans « l’urgence de s’adapter » aux nouveaux paradigmes qu’impliquent la création et la diffusion moderne. L'urgence est ainsi une thématique nécessaire, il faut la réfléchir activement. L'urgence commande de prendre position : soit on la subit, soit on la maîtrise. Le projet Urgence propose donc d’aborder ces questions de façon cinématographique sous une pluralité de regards et d’approches.

Le projet

Pour son nouveau projet collectif, Spira propose de réunir des cinéastes qui créeront chacun-e un court métrage d’un maximum de 10 minutes évoquant le thème de l’URGENCE. Au début du processus de création, les cinéastes seront jumelé-es en équipe de deux afin d’encourager la discussion et les échanges artistiques. Les duos seront déterminés par Spira en fonction de l’expérience et la démarche cinématographique de chacun-e. Le projet réunira autant des cinéastes de la relève qu’en mi-carrière ou établi-es.

Les courts métrages pourront faire appel à la fiction, au documentaire, à l’animation ou à l'expérimental. Le projet culminera par une courte tournée de diffusion à l’automne 2017 et les films seront dès lors mis en ligne sur une plateforme dédiée au projet.

Voici l'appel détaillé

Date limite pour soumettre votre projet: Lundi 25 avril 2016 à 17 h

Pour des informations supplémentaires, vous pouvez contacter Claudine Thériault, directrice artistique chez Spira au 418.523.1275 ou artistique@spira.quebec

Par le

C’est avec grand plaisir que le EXMURO arts publics et Spira invitent les cinéastes à déposer un projet de création dans le cadre des prochains Passages Insolites 2016.

Situé dans le secteur Vieux-Port, Place-Royale et Petit-Champlain, l’événement en art public propose aux visiteurs une expérience artistique unique, une nouvelle façon de voir la ville, à travers d’étonnantes propositions visuelles. Les œuvres rassemblées déploient d’intrigantes installations éphémères qui animent le quartier avec ludisme tout en questionnant notre rapport au monde et à l’espace urbain.


Pour voir les œuvres de la dernière édition des Passages Insolites, cliquez ici.

***

Pour l'édition 2016, EXMURO travaille de concert avec Spira pour créer un volet mettant en valeur le cinéma tout en pensant son intégration dans l’art public. Des œuvres cinématographiques seront intégrées dans un caisson de forme et de grandeur variés (pouvant aller de 1 pied par 1 pied à 6 pieds par 6 pieds environ – à déterminer avec les artistes) dans le secteur Vieux-Port, Place-Royale et Petit-Champlain. Les passants pourront voir les œuvres à grâce à une petite fenêtre dans le caisson.

Les cinéastes sélectionné-es créeront des œuvres de courtes durées (5 secondes à 1 minute) faisant appel à la curiosité des passants qui déambulent dans le quartier et qui verront ces caissons. L’œuvre réalisée peut prendre différentes formes (monobande, mini-installation ou projection), l’idée étant de cultiver la magie et accentuer l’effet de surprise lorsqu’on regarde dans le caisson. L’œuvre peut être de type documentaire, expérimentale ou de fiction. Il est également possible de présenter une œuvre déjà existante si elle s’adapte au contexte.

Vous trouverez les détails de l'appel de projets ici.

Date limite pour soumettre votre candidature: 25 avril 2016 à 17 h.

Pour toutes questions supplémentaires, contactez Claudine Thériault, artistique [at] spira.quebec - 418-523-1275

 

Par le

En juin prochain, Spira et Antitube présenteront Vues d’ensemble, une série d’activités formatrices et enrichissantes pour les travailleurs et travailleuses en cinéma de tout acabit. L’événement aura pour thème la scénarisation. En s’associant ainsi, les deux organismes de Québec désirent mettre en lumière l’apport crucial de la scénarisation dans le processus créatif d’un film.

Dans le cadre de l’évènement, Spira invite les scénaristes à déposer leur candidature pour participer à un marathon de scénarisation, expérience unique de création. Pendant 48 heures, six participant-es au marathon devront rédiger individuellement un scénario de court métrage selon des contraintes divulguées en ouverture de l’activité. Au terme des 48 heures, les scénarios seront remis à un jury chargé de choisir un-e gagnant-e. Le scénario gagnant sera dévoilé lors d’un 5 à 7, le vendredi 3 juin 2016, au cours duquel des comédien-nes professionnel-les en feront la lecture. Tout au long du processus, les participants seront accompagné-és et conseillé-es par des mentors chevronné-és, soient la scénariste-réalisatrice Anne Émond et le scénariste Alexandre Laferrière.

Date limite pour soumettre votre candidature: 2 mai 2016 à 17 h.

Détails et consignes pour le dépôt ici.

Pour toutes questions supplémentaires, contactez Claudine Thériault, artistique [at] spira.quebec - 418-523-1275.

Par le

Pour souligner la Journée internationale des femmes, Spira vous convie à une soirée COURT SPIRA COURT consacrée aux réalisatrices.

Au programme :
• STAR d'Emilie Mannering
• JADE ET MATTÉO de Myriam Guimond
• FREE WORLD PENS de Nika Khanjani
• ERRANCE d'Eleonore Goldberg
• GIOVANNI AND THE WATER BALLET d'Astrid Bussink
• PRIVÉ de Christine Doyon, Sophie B. Jacques et Samuel Pinel-Roy
• Et plus encore !

Le mardi 8 mars 2016 à 19h
au Cinéma Cartier
Admission générale : 6,50$

Par le

Appel de dossiers 2016 - Premier long métrage ou projet audiovisuel narratif d’un autre format, conçus pour la distribution numérique

Spira, partenaire dans le cadre du programme de production à micro-budget de Téléfilm Canada

Par le

Projet Tourne à Québec!
Avec la réalisatrice Emmanuelle Landry

C’est avec grand plaisir que, pour une cinquième année, le Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA) et Spira ont invité les réalisateurs et réalisatrices acadien-nes à déposer leur projet de film afin d’avoir l’opportunité de venir le tourner dans la ville de Québec. Par ce projet, le FICFA et Spira souhaitent permettre à un-e cinéaste acadien-e de vivre une expérience de réalisation dans la ville de Québec avec une équipe de tournage constituée de membres de Spira. 

Par le


Voyez gratuitement les cinq films de la toute première édition du Projet 5 courts, mis sur pied par l’ONF et produit avec SPIRA.