La création de ces films réunira le talent de cinq cinéastes des régions du Québec, 
en partenariat avec Spirafilm pour l’édition 2014

 

Le documentaire court d’ici aura une place de choix à l’Office national du film du Canada (ONF) avec un projet qui vise à se réapproprier ce format et qui mettra à contribution le talent des cinéastes issus des régions du Québec. Pour cette première édition, l’ONF s’associe à Spirafilm, coopérative de Québec vouée au cinéma indépendant, pour produire cinq films de 5 à 8 minutes réalisés par cinq cinéastes expérimentés travaillant en région. Chaque année, l’ONF s’associera à un centre d’artistes ou de production différent. Pour 2015, La bande Sonimage, organisme de Chicoutimi qui soutient la création en cinéma-vidéo au Saguenay – Lac-Saint-Jean, a été choisie. 

 

« L’ONF souhaite vraiment redéployer la forme du documentaire court et en faire un laboratoire de création, au cœur d’une réflexion plus large sur le genre documentaire. Le projet des cinq courts implique directement les centres d’artistes des régions du Québec, qui sont les mieux placés pour mobiliser les forces créatrices en place. Pour cette première année, nous nous réjouissons du partenariat avec Spirafilm, coopérative dirigée par Catherine Benoit et Claudine Thériault, qui appuient pleinement l’esprit que nous souhaitons donner au projet », affirme Colette Loumède, directrice générale par intérim du Programme français de l’ONF.

 

« Nous sommes très heureux de ce partenariat avec l’ONF, qui est dans la continuation des projets que nous instaurons depuis 2002 : les projets collectifs de création. Ce sont des initiatives porteuses qui permettent aux cinéastes de développer leur pratique et d’expérimenter de nouvelles techniques. De plus, rassembler la communauté et les cinéastes de l’Est-du-Québec fait partie intégrante de la mission de Spirafilm », mentionne Catherine Benoit, directrice générale de la coopérative.

 

Le projet des cinq courts, édition 2014

Les cinéastes ont été choisis conjointement par l’ONF et Spirafilm. Leur travail profitera de la synergie du groupe et sera stimulé par la réflexion d’ensemble, sans toutefois être une œuvre collective. Le projet répond en effet à l’envie de s’interroger sur les bases de la narrativité de la forme documentaire classique, tout en poussant plus loin la grammaire habituellement liée à ce genre. C’est pourquoi l’évocation plutôt que l’explication et le travail sur l’environnement sonore ainsi que sur la grammaire visuelle seront notamment privilégiés. Sur le plan de la diffusion, le projet – entièrement tourné en numérique (4K) – vient, entre autres, satisfaire le besoin de sonder la pertinence du documentaire court sur les nouvelles plateformes. 

La collaboration avec les centres d’artistes en région
Les centres d’artistes sont bien souvent les lieux où la production et la création convergent en région, et s’avèrent incontournables. De plus, ces centres possèdent une grande expertise en production et réunissent des artistes de plusieurs disciplines sous un même toit. En fait, ces centres travaillent déjà dans l’esprit que l’ONF désire donner au projet des cinq courts.

 

Les cinq cinéastes

Jeremy Peter Allen – Québec
D’abord cinéaste de fiction, Jeremy Peter Allen a réalisé un long métrage (Manners of Dying) et de nombreux courts métrages – dont Requiem contre un plafond, Les douches fulgurantes et L’est – qui ont été largement diffusés dans les circuits internationaux. Depuis trois ans, il s’intéresse aussi au travail théâtral. En mars 2014, il signe une première mise en scène d’envergure, la pièce Frozen de Bryony Lavery, au Théâtre de la Bordée, à Québec. 

 

Nadine Beaudet – Portneuf
Native de la Côte-Nord et amoureuse des régions, son approche cinématographique est habitée par l’appartenance, l’identité et l’imaginaire. Ses études de maîtrise en sciences appliquées (aménagement du territoire) l’ont amenée à collaborer aux films Avant le jour et Le père de Gracile. Elle est cofondatrice de la maison de production Les vues du fleuve. Son premier long métrage, Le cosaque et la gitane, a remporté le prix Pierre-et-Yolande-Perrault aux Rendez-vous du cinéma québécois en 2013. 

 

John Blouin – Québec
Pendant ses études, où il explore le lien entre écriture et cinéma, John Blouin devient projectionniste à l’ONF. Il y fonde alors Cabina Obscura et crée des performances-cinéma alliant 35-16 mm, vidéoprojecteurs, ombres et musique. Il déambule ainsi dans quelques villes et festivals de Montréal à Beijing. John s’intéresse à une autre facette de la projection en réalisant de courts métrages dont Change Over, Filmstripe et Gate, une trilogie sur la mort d’un cinéma. El Paysan, un court documentaire sur la liquidation d’une ferme, est sa dernière réalisation. John entame actuellement le montage d’Armand par Vaillancourt, un long métrage sur le sculpteur. ll façonne également la programmation chez Antitube. 

 

Martin Bureau – Québec
Par les véhicules de la peinture, de la vidéo installation et du documentaire, Martin Bureau s’affaire à construire un univers critique dans lequel les notions de géopolitique sont prépondérantes. En 2009, il cosigne le documentaire Une tente sur Mars, qui fut nommé aux Prix Jutra et aux Rendez-vous du cinéma québécois (RVCQ) pour le documentaire de l’année. En 2013, il coréalise son deuxième long métrage documentaire, Playa Coloniale, qui a reçu une mention spéciale du jury au festival Vues sur mer de Gaspé. 

 

Nicolas Lévesque – Chicoutimi
Originaire de Roberval, Nicolas Lévesque est photographe et cinéaste. Après ses études en photographie, en arts et en cinéma, il cofonde l’Association de photographes KAHEM. Il réalise le court métrage documentaire Lévesque et fils, maraîcher(s) (2008), qui voyage dans plus de douze festivals au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Asie. Le Projet Racine(s) (2010), qu’il réalise dans le cadre du Festival Regard sur le court métrage au Saguenay, remporte le premier prix Portrait aux Grands prix du journalisme indépendant. Son dernier documentaire, In Guns We Trust (2013) a été sélectionné dans la catégorie SODEC à Talent tout court, au Festival de Cannes et au Festival international du film de Toronto, suivi par le TIFF Top Ten, en 2014.

 

À propos de Spirafilm
Fondée en 1977 et située à Québec, la coopérative Spirafilm est vouée au cinéma indépendant. Par son programme de location d’équipements, Spirafilm soutient une trentaine d’œuvres par année. En plus de nombreux courts métrages, de longs métrages tels que Les signes vitaux, À l’Ouest de Pluton ou Sarah préfère la course ont bénéficié du soutien de Spirafilm. La coopérative offre des formations et classes de maître, des activités de réseautage et de projection qui contribuent au dynamisme et au développement de la communauté cinématographique de Québec. 

 

À propos de l’ONF
L’Office national du film du Canada (ONF) crée des œuvres interactives innovantes, des documentaires à caractère social ainsi que des animations d’auteur. L’ONF a réalisé plus de 13 000 productions et remporté au-delà de 5000 récompenses, dont 4 prix Écrans canadiens, 7 prix Webby, 12 Oscars et plus de 90 prix Génie. Le contenu primé de l’ONF peut être visionné dans ONF.ca, de même que sur les ordiphones, les tablettes et la télévision connectée au moyen de ses applications.

-30-

Contact Spirafilm:

Claudine Thériault
Directrice artistique
418-523-1275
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

DEVENIR MEMBRE

Spira est votre coopérative vouée au cinéma indépendant.
Devenez membre dès aujourd'hui!